Anissa Bonnefont Mari

Répandez l'amour du partage
Anissa Bonnefont Mari
Anissa Bonnefont Mari

Anissa Bonnefont Mari – Un dimanche après-midi, le cinéaste a parcouru Paris pour filmer les projections vidéo de la ville sur les immeubles. L’utilisateur d’Instagram @anissabonnefont a la brève vidéo. Rafael Nadal. Attendu depuis longtemps… Marie Bonnefont. J’ai presque terminé le scénario de mon premier long métrage de fiction. Ce que je mange habituellement pour le dîner, ce sont des pâtes ou du couscous avec une sauce au pesto. La rencontre précédente était mal planifiée… Lors de la sortie de “Wonder Boy”, à l’hiver 2017.

Juste un tout petit peu ? Je ne vais nulle part avant d’avoir fait mon lit. Chaque note et chaque mot du film classique “La mélodie du bonheur” est une musique à mes oreilles. Pour votre prochaine escapade, où comptez-vous partir ? Faire un surf trip au Mexique depuis l’ouest. Grâce à ma dépendance, je peux atteindre le perchoir de Patrick Roger sur les rochers. Votre héros d’enfance ? Devant mon reflet, je dansais sur la musique de Michael Jackson. Pour un dîner parfait, que diriez-vous de trois personnes ? Aux côtés de Shakespeare, Fellini et Simone Veil. Notre plus grand éloge pour vous ? Être gentil et accueillant est mon intention.

Des sentiments de profonde humiliation ?

Je ne m’apitoie pas sur mon sort depuis que j’ai appris que les actions ont des répercussions à mesure que je vieillis. Sentez-vous quelque chose de désagréable ? Lors d’une sortie scolaire avec ma classe, j’ai essayé de m’enfuir de l’aéroport avec une porte vitrée pour pouvoir récupérer ma mère. Quelle a été votre dernière déclaration ? Quand je parlais à mon ex-mari de mon nouveau chiot, je me réjouissais de sa propreté impeccable.

Un apport unique… Je me casse un os justement à l’heure de la danse orientale. Le monde a accueilli l’actrice, scénographe et réalisatrice française Anissa Bonnefont le 26 février 1984 à Paris. Parmi ses nombreux documentaires figurent Wonder Boy, qui suit la joueuse Nadia Nadim, et Neodessous X, qui suit le styliste Olivier Rousteing.

Chroniques de ma vie

Anissa a une mère, un père adoptif et une demi-sœur ; elle est née à Paris en 1984. À l’âge de trois ans, elle perd son père biologique. La jeune femme de 22 ans se lance alors dans sa mission1. Malgré son aversion pour l’éducation, elle découvre l’amour du cinéma à travers des comédies musicales pour enfants comme La Mélodie du bonheur. Elle dégage un air d’élégance cinématographique dans chaque film dans lequel elle apparaît.

Elle s’inscrit simultanément à des cours de théâtre et à un cours de littérature parce qu’elle veut devenir comédienne. Elle retourne à Paris pour assister à des castings après avoir fréquenté une école de comédie à New York. Sa carrière de cinéaste débute avec son court métrage de 22 ans, Hasta la vista Fanfan, qu’elle a écrit et réalisé. Elle utilise ses compétences d’écrivain et de caméraman pour créer des courts métrages. Alors qu’elle filmait la publicité de Céline à Paris, elle abandonne brusquement sa vie pour s’installer à Los Angeles, aux États-Unis, avec son mari Andrea Di Stefano.

Courant 2017, elle croise la route d’Olivier Rousteing, le jeune directeur créatif et styliste de Balmain. Elle suit Olivier Rousteing pendant des mois dans Wonder Boy alors qu’il tente de découvrir qui il est. Elle prend un nouveau tournant dans sa carrière de réalisatrice avec le documentaire nominé aux César. En acceptant de s’adresser à l’Assemblée nationale sur « Born Under X », elle prend pleinement conscience du poids de l’autorité et du devoir qui pèsent sur elle.

Début 2020, elle poursuit Nadia Nadim, une attaquante du Paris Saint-Germain 4. Le deuxième documentaire se concentre sur Nadia, une autre femme extraordinaire. C’est une réfugiée afghane et joueuse de football qui espère un jour pratiquer la chirurgie reconstructive. Durant la pandémie de Covid-19, les salles étaient fermées et Anissa Bonnefont incitait les Parisiens à rétroprojeter des films sur les murs sur les réseaux sociaux. La même année, l’idée de faire de Paris un cinéma de masse émerge. Cinema Paradiso 2020, le court métrage de l’initiative, est immédiatement devenu l’un des favoris des fans.

Son premier long métrage est La Maison, d’après le roman du même nom d’Emma Becker. Arrivé dans les bacs en 2021. Tout en s’intéressant à l’histoire d’une femme horriblement humaine qui, à la fin de son voyage, s’effondre, l’écrivain se retrouve plongé dans une histoire émotionnellement dévastatrice dans sa demeure berlinoise.

Elle choisit de changer de vitesse après avoir choisi Ana Girardot dans le rôle d’Emma et entame une aventure extrascolaire avec Aure Atika et Rossy de Palma. Au milieu de leur nouvelle expérience envoûtante, une danseuse du Crazy Horse et une dominatrice SM8 ont aidé les acteurs à entrer dans la peau de leur personnage.

À travers son récit, Anissa Bonnefont vise à « faire avancer les débats sociétaux » en abordant des sujets délicats et parfois controversés comme l’inégalité raciale, la féminité et la découverte de soi. Ce que le mari d’Ana Girardot a pensé de son dernier film, “Difficile pour lui”, dans lequel elle incarnait une fille de bordel.

Anissa Bonnefont Mari

Dans un article du magazine Paris Match, Ana Girardot a avoué que son mari trouvait le film dérangeant. Le film “La maison” (réalisé par Anissa Bonnefont) met en scène une prostituée. “Chanel” a tenu son défilé haute couture printemps-été 2020 à Paris, et Ana Girardot était présente. Le samedi 21 janvier 2020. La pièce La Maison, écrite par Anaissa Bonnefont, met en scène Ana Girardot dans le rôle d’Emma, une prostituée qui vit dans une maison près de Berlin.

Cet auteur parle d’ailleurs de la prostitution dans son roman, en l’utilisant comme « prétexte » (ou excuse). Ce documentaire, d’une durée de 130 minutes, montre la cruauté du secteur de la prostitution. En jouant ce rôle, Ana Girardot a dû complètement intensifier son jeu. Le contenu sexuel graphique était trop pour la jeune femme.

Son mari a eu du mal à adhérer au caractère acide du rôle. D’après ce qu’elle a confié à Paris Match, elle devait obtenir son accord avant que le tournage puisse commencer. “Il m’a accompagné tout au long de cette aventure”, poursuit-elle dans l’hebdomadaire distribué dans les kiosques, jeudi 10 novembre.

Pendant longtemps, beaucoup ont pensé que le livre du même nom d’Emma Becker paru en 2019 était en réalité un récit de l’histoire. Ce livre, qu’elle a écrit alors qu’elle réfléchissait à son séjour en Allemagne, a reçu le Prix du roman des étudiants France Culture-Télérama 2019. Lorsqu’il a rencontré Anissa, “elle a dévoré l’intrigue et le livre d’Emma Becker”, comme le dit Ana Girardot. En regardant des films, nous avons parlé de différentes scènes.

Comme c’était difficile, il le savait ! Juste ce sur quoi sa tête fatiguée avait besoin de reposer. Il ne faisait que des mots d’encouragement. De plus, il y avait des moments où j’aurais vraiment pu l’utiliser. Il avait d’abord de grandes inquiétudes à mon sujet. Il m’a coupé la parole. Son aveu selon lequel il avait eu du mal à localiser l’image lui a valu un « certainement », mais elle a poursuivi en notant que le résultat final était encore difficile à discerner.

Ma mère, Ana, est plutôt multitâche !

Lorsque le premier enfant d’Ana Girardot naîtra en 2020, son monde entier sera ébranlé. Même si elle est restée muette sur le prénom du père, Anne de La Flamme pourrait bien voir un certain Oscar si l’on en croit les rumeurs inoffensives sur Internet. Enfin, cet homme n’est pas un inconnu pour Ana Girardot ; il était son amour d’enfance et plus tard son mari. Le couvercle était-il toujours là ? Il n’y a aucun détail qui ne puisse être imaginé. Arthur de Villepin, fils de l’ancien premier ministre, et son idylle sont pour l’heure terminées. Il y a eu une étincelle entre eux en 2014.

“Je n’ai pas réussi à devenir américaine”, a reconnu Ana Girardot juste avant de rencontrer son âme sœur. Elle n’a pas réussi à obtenir la citoyenneté française et américaine. Nous déménageons bientôt en France, mais mon conjoint est américain. Pour le bien de mes aspirations de carrière d’acteur, j’accorderais toute mon attention à mes cours de théâtre. Pendant que le soleil brillait, je travaillais comme serveur et aide-serveur dans un restaurant. Je pouvais y consacrer autant d’heures que je voulais si je le désirais absolument. Elle reviendra enfin en France.

Mon invitée spéciale sur cet épisode est Anissa Bonnefont. Les deux documentaires époustouflants « Wonder Boy » (2019) et « Nadia » (2021) ont tous deux été réalisés par Anissa. Le directeur artistique de la maison Balmain Olivier Rousteing (X) et la fille d’un footballeur danois dont le père a été tué par les talibans font partie des personnages poignants dont ils partagent les histoires.

Malgré la perte tragique de son père d’origine à l’âge de trois ans, Anissa a connu une belle enfance avec sa mère et l’homme qu’elle appelle son « papa ». En partageant son histoire de réconciliation avec son passé, Anissa retrouve son pouvoir sur son récit. De plus, elle explique comment les connaissances et les compétences qu’elle a acquises grâce à l’analyse psychologique ont été essentielles pour l’aider à se comprendre et à formuler des questions perspicaces.

Dans cet épisode, nous revenons à l’endroit où la fascination d’Anissa pour le cinéma a commencé, lorsqu’elle était petite, et voyons comment elle a grandi depuis. Selon son interprétation des événements, Anissa passe deux ans à se relooker radicalement ou à fonder une boulangerie française lorsque son ex-mari et leurs deux petits enfants déménagent à Los Angeles. Elle revient en France après avoir divorcé quelques années plus tard.

Avec cette rencontre, un nouveau chapitre est sur le point de commencer dans sa vie. Aussi incroyable qu’elle soit, Celle Rousteing est la directrice artistique de la maison Balmain et l’épouse d’Olivier Rousteing. Au fil du temps, Celle invite Rousteing à lui rendre visite à sa résidence. La tragédie d’Olivier, un type du Xème siècle dont l’abandon ressemble au sien, a profondément ému Anissa ; elle envisage de raconter son histoire.

Anissa Bonnefont Mari
Anissa Bonnefont Mari
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!