Frédéric Oudéa Origine Parents

Répandez l'amour du partage
Frédéric Oudéa Origine Parents
Frédéric Oudéa Origine Parents

Frédéric Oudéa Origine Parents – En 1996, cet homme de 32 ans, alors conseiller budgétaire de Nicolas Sarkozy au sein du gouvernement français, est intégré à la Société générale par Daniel Bouton, qui était auparavant responsable des activités d’investissement de la banque à Londres. Tout comme l’ancien PDG Marc Viénot avait donné sa chance à Daniel Bouton en l’appelant à ses côtés en 1991, décidant ainsi de son orientation professionnelle.

Savais déjà qu’il lui succéderait un jour, Daniel Bouton ? Avait-il vu en lui une version plus jeune de lui-même ? Il l’a toujours considérée comme une dauphine potentielle. Un associé témoigne qu’il avait plus que de la confiance. Frédéric Oudéa, devenu directeur financier en 2003, devra attendre que le cas Kerviel soit résolu pour que son nom soit associé aux autres demandeurs, subtilement disqualifiés.

Sa méthode. Elle avait seize ans. Selon Hugues Le Bret, directeur de la communication de la banque, “Il a fait exploser tout le budget en un temps record”. “La Société générale peut profiter de cette occasion. Il sera porteur de renouveau et a la jeunesse à ses côtés. Marc Litzler, ancien patron de Calyon, la banque du Crédit agricole, y voit l’emblème d’une page qui se tourne.

Frédéric Oudéa, né à Paris d’un père médecin d’origine hongroise et d’une mère pharmacienne, a sans doute hérité dès son plus jeune âge du sens des responsabilités. Il est brutalement nommé chef de famille de ses deux jeunes frères à l’âge de treize ans après avoir été trompé par la confiance de sa mère. Quittant Nantes pour Paris, la famille part. La remontée est pénible. Même si c’est l’ère de la libération, les trois frères reçoivent une éducation dure.

Cette personne a beaucoup de talent et va vite : lycée Louis-le-Grand à Paris, Polytechnique, ENA dans la “botte”. Ensuite, lancement de carrière au ministère du Budget. Le jeune inspecteur des finances n’a que de bonnes choses à montrer pour ces années-là : En présence d’un ministre formidable, nommé Nicolas Sarkozy, “j’ai vécu deux années formidables”. P. Il déclare aujourd’hui : « La nécessité de la réforme est une idée désormais partagée par tous ».

Le président de la République n’a-t-il pas contacté son ancien collaborateur, qui avait réclamé publiquement la démission de Daniel Bouton lors du scandale Kerviel, pour le féliciter ? « Là, c’est une propriété privée », équivoque le nouveau directeur général. Même s’il est actuellement en pleine crise, le jeune mécène ne laisse pas entendre qu’il a pris le contrôle d’une des principales banques françaises. J’irai au cœur. Autant que possible, j’aimerais que chaque minute de ma vie soit remplie de quelque chose de positif et d’agréable. “Ça doit être agréable”, a-t-il déclaré.

Wikipédia et Carrière

Cependant, l’affaire Kerviel a ruiné la perception du grand public quant au sérieux de la Société. Les banques doivent repenser leur stratégie sur les marchés financiers en raison de la crise des subprimes. Au Nord, nous avons la crise financière et le ralentissement de la croissance, et au Sud, nous avons le boom économique. Cette nouvelle a renversé la situation dans le monde. Frédéric Oudéa affirme sa certitude en affirmant : « Notre entreprise dispose d’un bon modèle économique qui lui permettra de résister au grand chambardement du secteur bancaire ».

Sans aucun doute, il reconnaît que la crise financière est « l’une des plus graves qu’on ait eu à vivre ». De plus, les « plusieurs trimestres de faible croissance » sont inévitables. Mais l’ancien directeur financier de la Générale n’est pas prêt à admettre que sa banque est responsable des mauvais investissements liés aux subprimes : “L’essentiel a été acquis par le département chargé de la trésorerie aux Etats-Unis, qui n’a fait qu’acheter des produits alors très bien notés.”

Il considère la banque comme une « armée pour se développer seule » et poursuit la politique d’indépendance de Daniel Bouton. Considéré comme simple en matière d’argent, il prend son gros salaire. “Ma rémunération n’est pas un sujet tabou”, assure-t-il, mais il omet de préciser le montant. Elle sera associée à des performances. Le conseil d’administration tiendra une audience et prendra une décision. Face à l’époque hostile à l’argent facile, il décide que c’est une bonne idée de se justifier : “Je ne suis pas un trader qui gagne de gros bonus !”

Marié à l’ancienne joueuse de tennis professionnelle Amélie Castera, le nouveau directeur général affirme n’être pas prêt à tout sacrifier pour sa nouvelle vie. Le couple a quatre jeunes enfants, dont un bébé né alors que Kerviel était encore adolescent.

Kerviel était un joueur amateur de football et de rugby ainsi qu’un peintre de peintures flamandes et hollandaises des XVIIe et XVIIIe siècles. A-t-il commencé à ternir son image de maître zen auprès de la prochaine génération ? “Je suis unique parmi les directeurs du CAC 40 qui partent de chez lui le matin avec une couche bébé en main”, il bêcheur-t-il.

Né le 3 juillet 1963 à Paris, Frédéric Robert André Oudéa est un ancien haut fonctionnaire et ancien directeur de banque. Il est le fils de Marie-Claire Domart, chercheuse à l’Inserm, et de Paul Oudéa, gastro-entérologue au Centre hospitalier universitaire de Nantes, d’origine hongroise. Il fréquente Polytechnique puis l’ENA tout en grandissant dans une fraternité de trois enfants.

Au début de sa carrière, Frédéric Oudéa a travaillé comme inspecteur financier. Alors que Nicolas Sarkozy était ministre du budget et de la communication en 1993, il rejoint le cabinet en tant que conseiller technique. Deux ans plus tard, le conseiller s’éloigne de la politique après avoir été embauché par la Société générale.

Avant d’être nommé directeur financier en 2003, il a occupé différentes fonctions au sein de la banque à Paris et à Londres. Après le scandale Kerviel en 2008, il est nommé directeur général du groupe. En mai 2009, suite à la démission de Daniel Bouton de ses fonctions de président du conseil d’administration, Frédéric Oudéa est nommé président-directeur général de la Société Générale.

Pour se concentrer uniquement sur la direction générale de la banque, l’homme d’affaires démissionne de son poste de président du groupe en mai 2015. En mai 2023, Frédéric Oudéa démissionne du groupe bancaire et devient président de Sanofi dans le scandale. Parallèlement à sa carrière à la Société Générale, il a également présidé à trois reprises la Fédération bancaire française.

Frédéric Oudéa Origine Parents

En 2015, Frédéric Oudéa a reçu la Légion d’honneur, et en 2020, il obtiendra l’Ordre du Mérite national. Concernant sa vie personnelle, Frédéric Oudéa a d’abord eu un mariage ouvert avec la femme d’affaires Véronique Morali. Ils ont deux filles ensemble. L’année suivante, le 22 juillet 2006, il épouse Amélie Castéra, ministre de l’Éducation nationale et des sports, et le couple a trois fils.

Frédéric Oudéa est né à Paris le 3 janvier 1963. Ancien inspecteur des finances et conseiller de Nicolas Sarkozy comme ministre du budget, Frédéric Oudéa poursuit sa carrière bancaire à la Société Générale, où il est nommé PDG en 2009 et directeur général en 2015. À ce jour, il est le plus haut dirigeant d’une banque européenne.

La mise en place

Frédéric Oudéa est le fils d’un gastro-entérologue renommé et chercheur en médecine à l’INSERM et à l’ANRS. Son père est décédé trois ans avant qu’il n’obtienne son baccalauréat, à l’âge de six ans. Il était originaire de Hongrie. Il suit des études préparatoires au lycée Louis Legrand, poursuit ses études supérieures à Polytechnique (promotion 1981) et à l’ENA (promotion 1987 Fernand Braudel).

Carrière

Frédéric Oudéa rejoint l’administration française en 1987 et y occupe pendant huit ans diverses fonctions. Avant d’être nommé conseiller de Nicolas Sarkozy, ministre du Budget, il était inspecteur général des finances publiques. Il occupe désormais une double fonction au sein des ministères de l’économie et des finances. En 1995, il a trente-deux ans lorsqu’il est embauché à la Société générale.

Il est d’abord nommé assistant du chef du département, puis chef du département corporate banking à Londres. Il obtient le poste de responsable de la gestion globale et du développement du département Actions trois ans plus tard. Il devient directeur adjoint des finances en 2002 et directeur des finances l’année suivante, à près de quarante-cinq ans.

Profil et Biographie

Avant d’être nommé président-directeur général en 2009, il prend la direction générale de la Société Générale en 2008. Après la séparation des fonctions présidentielles par le conseil d’administration en mai 2015, Frédéric Oudéa assume à nouveau le rôle de directeur général. Le 21 mai 2019, le conseil d’administration de la Société Générale l’a reconduit pour un mandat de quatre ans à la tête du groupe. Il dirige simultanément la Fédération bancaire européenne et la Société générale pour la solidarité.

Histoire personnelle

En plus d’être mariée à Frédéric Oudéa, Amélie Oudéa-Castéra est une ancienne joueuse de tennis professionnelle, ancienne élève de l’ENSA, et l’actuelle directrice générale du département data et transformation numérique de l’entreprise Carrefour. Ils ont cinq enfants ensemble. Son sport préféré est le rugby, mais il est aussi très passionné d’art, de musique et d’autres sports. De plus, il aime jouer au tennis et au football. En 2015, Frédéric Oudéa est élevé au rang de chevalier de la Légion d’honneur.

Le Français Frédéric Oudéa, le vainqueur

Au moment où une banque nouvellement créée se remet sur pied après le scandale Kerviel, le nouveau patron de la Société générale en prend les commandes. Sans se lever. La fille de Daniel Bouton, âgée de 44 ans, saisit l’occasion. Suite à l’affaire Kerviel, il devient chef de la Société générale ? “Le destin”, c’est ainsi qu’il l’appelle. Observez que sa vie est gouvernée par une série d'”accidents heureux”. Assurez-vous qu’il sait apprécier l’existence depuis ses 13 ans. Il a dit qu’il avait réalisé qu’il pourrait disparaître demain, à la mort de son père cette année.

A cette confiance inattendue du nouvel homme fort de la “Générale”, patron à 44 ans de l’une des plus grandes banques françaises, sur mesure tout ce qui le sépare de son précédent. Malgré l’attitude souvent grossière, hautaine et rigide de Daniel Bouton, toute l’affaire n’était que sourire et séduction.

Cependant, les deux hommes se ressemblent plus qu’il semble. Ils partagent l’ENA, la capacité d’examiner les finances et un esprit bon et brillant. Tous deux ont débuté au budget. Chacun a goûté la fréquentation des politiques pendant son séjour dans les cabinets ministériels. Une droite.

“Je ne joue pas au golf. Le cigare ne me fume pas. Je préfère le bordeaux au bourgogne”, s’amuse Frédéric Oudéa pour souligner ses différences avec son mentor, avant d’insister, plus sérieusement, sur l'”immense regard ” que Daniel Bouton, toujours président du conseil d’administration de la banque, lui inspire. Il a géré de manière experte la crise du scandale Kerviel. “Les investisseurs qui ont investi dans la General Electric Company lui font confiance”, ajoute-t-il.

Frédéric Oudéa Origine Parents
Frédéric Oudéa Origine Parents
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!