Lou Jeanmonnot Parents

Répandez l'amour du partage
Lou Jeanmonnot Parents
Lou Jeanmonnot Parents

Lou Jeanmonnot Parents – En préparation pour les Jeux olympiques d’hiver de 2026, Lou Jeanmonnot-Laurent La biathlète, qui a réalisé de bonnes performances dès les premiers stades de la Coupe du Monde cette année, espère consolider durablement sa place au sein de l’équipe de France. La jeune Douaie garde en tête les JO de Milan alors qu’elle prépare la Coupe IBU 2022.

Qu’avez-vous pensé de votre ouverture de saison ?

Ce début de saison me rend plutôt heureux. Les athlètes ne sont jamais satisfaits de leur travail car il y en a toujours plus à faire. Mais c’est ici que j’ai obtenu mes meilleurs résultats en coupe du monde : j’ai eu les fleurs (c’est-à-dire un top six) et une médaille d’or olympique avec l’équipe de relais, donc c’est top (1). Pour le moment, mon objectif est d’être régulier et de faire partie de l’équipe de France pour pouvoir participer aux Championnats du monde d’Oberheim en Allemagne (8-19 février 2023).

Cela permet de saisir constamment l’expérience, notamment sur les mauvais parcours. Parce que l’apprentissage le plus rapide se produit lorsque l’on est mis au défi. Le biathlète remarquable Lou Jeanmonnot-Laurent, qui a atteint le sommet de son sport avec un tir précis, a trois choses à savoir.

La biathlète du Haut-Doubs a remporté ses deux premières courses individuelles de championnat du monde les 1er et 3 décembre 2023 en Suède, en utilisant principalement ses capacités de tir. Lou Jeanmonnot-Laurent et sa chérie carabine mettent la touche finale à un don impeccable.

Hochfilzen (Autriche) accueillera vendredi prochain le début de la seconde moitié de la coupe du monde de biathlon. Alors que le sprint féminin débutera à 14h25, tous les regards seront tournés vers Lou Jeanmonnot-Laurent, la biathlète du Haut-Doubs devenue en quelque sorte une “nouvelle star” de la discipline après son fantastique doublé (Sprint – Poursuite) récemment réalisé. en Suède lors de la course d’ouverture à Östersund.

A 25 ans, la Canadienne-française remporte ses deux premières victoires individuelles de sa jeune carrière sur le circuit mondial, où son palmarès affiche – jusqu’alors – deux podiums. L’hiver dernier, elle a arraché une très prometteuse onzième place au classement général pour sa première saison complète en coupe du monde.

Et cet incroyable doublé suédois, Lou Jeanmonnot-Laurent, le doit en grande partie à son tir précis sur cible : dix sur dix et vingt sur vingt avec sa carabine ! Enfin, agissez rationnellement… “Truc à elle” fait référence à sa spécialité, le démontage. Et ce depuis sa petite enfance, dans son Massif Jurassique natal.

Recherches liées au sport dont “section ski nordique” et tir ciblé dans un grenier de Mouthe
une première compétition officielle de biathlon eut lieu dans la catégorie Cadette à l’âge de quatorze ans, utilisant une carabine réglementée (« fusil long 22 »).

Cependant, Lou Jeanmonnot-Laurent a commencé à se concentrer sur les cibles données aux biathlètes débutants dès l’âge de dix ans, d’abord à la carabine laser puis à “l’air comprimé”, alors qu’elle concourait pour son club, l’Olympique du Mont d’Or. , où elle reste licenciée, aux côtés de Métabief. C’est un tir à 10 mètres.

Et dès que j’ai mis une carabine pour la première fois, je l’ai senti. C’est une astuce un peu étrange et mystérieuse que j’apprécie vraiment, honnêtement, mais je ne sais pas quoi dire d’autre à ce sujet. Comme elle le confie constamment : « Et mon premier run, j’ai fait un 10/10. » De plus, j’ai eu la chance de réaliser beaucoup de lancers de 10 mètres au lycée et au collège ; J’ai rapidement eu une bonne idée de l’équipement, donc je suppose qu’il y en a aussi un peu.

La “section ski nordique” du cursus sportif du Collège de Mouthe et du Lycée de Pontarlier. Et puis il y a ces délicieux cours de tir individuels… Tout le monde se retrouvait dans le grenier de la mairie de Mouthe tous les jeudis soir pour du tir à 10 mètres. Malgré le froid, l’ambiance était parfaite : nous y avons retrouvé nos camarades flics, et un vieil ami à nous, Norbert, décédé depuis longtemps, nous a accueillis. Et il nous a beaucoup appris”…

Lou Jeanmonnot Parents

Avant cela, Lou Jeanmonnot-Laurent les avait bien assimilés. 94% des cibles brûlantes d’aujourd’hui, au plus haut niveau du biathlon cette saison : Déjà 10 fois sans coup sûr en 31 courses individuelles de Coupe du monde La biathlète française avait déjà réalisé une note parfaite (10/10) à l’issue du Nové Město Sprint (République Tchèque) depuis son baptême du feu sur le Circuit Coupe du Monde en mars 2021.

Donc, pour résumer, Lou Jeanmonnot-Laurent tourne près de 97% du temps alors qu’il est solitaire (58% du temps). Et actuellement, sa moyenne globale est de 92% sur les 47 courses (y compris celles avec l’équipe de France) depuis son arrivée à la coupe du monde… A quatorze ans, ses parents lui offrent la même calèche.

Jamais de sa vie Lou Jeanmonnot-Laurent n’a quitté sa carabine “22 long Rifle”. C’est la même carabine qu’elle chérit et bichonne depuis l’âge de 14 ans, depuis ses débuts en compétition de biathlon au niveau régional en 2012 jusqu’à sa position actuelle de numéro deux mondiale de la saison. “Je l’ai eu pour mon anniversaire ! Parce que mes parents m’avaient prévenu, je savais que je finirais par l’avoir, mais j’étais tellement excité de l’avoir. C’est un outil fantastique que j’aime beaucoup, et je pense que je vais garde-le jusqu’à la fin de ma carrière, s’il est encore en bon état.

La biathlète du Haut-Doubs a désigné sa carabine comme son “bébé” avec un sourire inimitable sur le visage. Une carabine sur laquelle sont désormais affichés tous les logos des sponsors. Plus de touches personnelles, comme les prénoms de ses aimables parents, Didier et Sylvane, hormis une croix colorée (rose-fuschia cet hiver), cependant.

Vous ne pouvez rien écrire sur la carabine car cela vous ferait passer pour un sponsor. Il disait : « Papa-maman, ça pourrait être un super sponsor ! » De plus, c’est un gros sponsor ; ma famille a toujours été là. Ils veillent tous sur moi, que ce soit mes parents, mes grands-parents ou mes arrière-grands-parents, et j’ai vraiment de la chance.

C’est la première fois cet hiver, mais certainement pas la dernière : les parents de Lou Jeanmonnot-Laurent seront présents pendant tout le week-end de la coupe du monde autrichienne de biathlon pour encourager leur fille, la championne, et son partenaire cheerleading.

Ancien moniteur de ski et compétiteur, Philippe Jeanmonnot a allié ses deux passions, le ski et l’alpinisme, pour créer la Montagne de Philippe. Philippe adolescent a été immergé dans la culture de la montagne dès son plus jeune âge, avec un grand-père facteur de ski, des parents et un oncle skieurs, une nièce qui faisait partie de l’équipe de France de biathlon et surtout une riche expérience en ski de fond. et skis de trail (participation à l’UTMB en 2004 et 2005, six participations à la Pierra Menta hiver).

Cela lui confère un œil critique sur les produits, ce qui lui permet de proposer à ses clients le meilleur matériel de montagne. Son épouse Béatrice, sportive et dévouée (UTMB, UT4M, Verbier st. Bernard, etc.) pourra vous prodiguer tous les conseils nécessaires à votre pratique du trail et de la course à pied. Maxime et Angélique, impliqués dans l’aventure depuis de nombreuses années respectivement en tant que spécialistes de l’équipement et de la chaussure et spécialistes du textile technique et du sportswear, complètent l’équipe.

Une passion communicative pour la montagne existe chez Philippe Jeanmonnot. Non seulement il le partage avec ses clients du magasin, mais il le fait aussi au sein de l’équipe d’alpinisme “La montagne de Philippe / Sport Aventure” qu’il a formée il y a quatre ans avec un groupe d’amis. À l’heure actuelle, l’équipe est composée de vingt et un gars et filles qui participent régulièrement à des courses de ski alpin comme Pierra Menta.

Au début de chaque saison, l’équipe organise également des étapes. Si ces alpinistes sont compétitifs lorsqu’ils sont sur la ligne de départ, cette mentalité disparaîtra une fois la ligne d’arrivée franchie. La camaraderie et la joie de partager un intérêt commun pour un sport qui rejoindra bientôt J.O. c’est ce qui crée l’envie au sein de ce groupe, pas la race elle-même.

Après avoir décroché le bronze au sprint mondial, Lou Jeanmonnot

Le stress d’une longue journée s’arrête enfin, et c’est une bonne chose. C’est immonde, c’est trop cool. Plus beau : voir toutes les personnes passant la ligne derrière. Confronter mes parents avec tout cela est fantastique. C’est vrai que je viens d’une famille brisée, mais ils ont toujours été là pour moi et j’en suis vraiment désolé car ce n’est pas juste pour tout le monde.

Après tout, les avoir ici est un tel plaisir. Je dis que j’ai les meilleurs parents du monde, mais je ne me sens pas dégoûté ; Je n’en sais pas beaucoup plus, mais c’est trop cool. Cette soirée sera remplie de conférences de presse et de contrôles antidrogues, mais j’ai très envie d’aller au food truck et de faire une petite fête avec les techniciens. Après cela, nous regarderons la course masculine dans le confort de notre lit, et ce sera la poursuite qui me vient déjà à l’esprit.

Lou Jeanmonnot Parents
Lou Jeanmonnot Parents

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

About Us

Sed gravida lorem eget neque facilisis, sed fringilla nisl eleifend. Nunc finibus pellentesque nisi, at is ipsum ultricies et. Proin at est accumsan tellus.

Featured Posts

    error: Le contenu est protégé !!