Lucas Mort Urgences

Répandez l'amour du partage
Lucas Mort Urgences
Lucas Mort Urgences

Lucas Mort Urgences – La mère de Lucas, 25 ans, décédé à l’hôpital des suites d’une lésion médullaire dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre, Corine Godefroy, a été accueillie à Bonsoir Var mardi 19 décembre. A l’hôpital de Hyères dans la nuit du samedi 30 septembre au dimanche 1er octobre, un jeune homme prénommé Lucas est décédé des suites d’une hémorragie septale. Il avait 25 ans. Corine Godefroy, sa mère, persiste dans sa conviction que son fils avait une chance de salut. Comme le dit la mère de famille : « Il aurait pu s’en sortir car ce genre de pathologie, c’est le temps qui fait tout » (BM Toulon Var). consulter un médecin.

“Personne ne fait rien”

Le 30 septembre prochain, le brancard du jeune homme sera déposé dans un couloir d’hôpital, et il attend avec impatience sa pose. Suite à la décision d’un médecin régulateur le 15, Lucas a été transporté aux urgences de l’hôpital dans l’après-midi vers 15h50, se plaignant de nausées, de vomissements et de crampes d’estomac.

Lorsqu’il est là pour les urgences, il n’accomplit rien. “Il est classé comme légèrement léger”, explique la mère de Lucas. Le personnel médical rapporte que son état s’aggrave au fil de la journée. Corine Godefroy observe de loin l’évolution de son fils. Elle compte sur leur correspondance comme seul moyen de communication avec son enfant malade.

Lucas informe sa mère : “Je me plains à tout le monde que j’ai du mal à respirer, mais personne ne fait rien”, écrit-elle dans un message qui lui a été remis. On m’a informé que je devrais attendre un médecin. “Dites-moi si SOS médecin n’avait pas été plus pratique”, dit-il. Un prestataire de soins dispense le dernier traitement quatre heures après l’admission.

Il nous a envoyé un SMS il y a une vingtaine de minutes pour nous informer qu’un médecin l’avait vu. “Enfin,” dis-je. Sa mère, Corine Godegroy, a raconté à BFM Toulon Var comment un médecin a finalement pu lui rendre visite après plus de quatre heures d’attente. Le temps que Lucas passe à l’hôpital aggrave son état. Vers 21h30, les symptômes vagaux du jeune homme s’aggravent et il commence à avoir de nouveaux arrêts cardiaques.

Environ deux heures plus tard, après 45 minutes de massage cardiaque, Lucas décède d’un choc septique provoqué par une bactérie méningocoque ayant élu domicile dans son abdomen. Alors que son fils Lucas envoie des SMS depuis l’extérieur de l’hôpital décrivant les complications liées au transfert, Corine Godefroy assiste avec étonnement à la nuit où son fils meurt. En tant que patient, il vit la vie intérieurement. Il est l’un des proches collaborateurs de Lucas.

“Œil sur la mort d’un patient”

vu”, selon la maman de Lucas. La mort d’un patient est le sujet évident de la lettre. Une combinaison de ce témoignage, de la lettre anonyme envoyée au domicile de Lucas et des recommandations des médecins de revoir ses antécédents médicaux ou de déposer une plainte officielle a réconforté la mère de la famille. Une plainte pour meurtre involontaire a été déposée contre X, l’hôpital et sa direction.

On pensait que les souffrances de la mère étaient moins graves qu’elles ne l’étaient en réalité. D’après son dossier médical, il éprouve une agonie quasi constante, malgré le fait que sa maladie lui cause une immense misère. La bizarrerie s’ensuit. Après le décès de Lucas, “nous avons eu deux réunions avec la commission des usagers sur lesquels, principalement, ce qu’ils ont dit c’est qu’ils étaient en surtension, qu’ils manquaient de personnel, d’argent (… ) qu’ils manquaient de tout”, selon Corine Godefroy.

“Cela n’excuse pas la mort de Lucas”

la mère de la famille. La mort du fils de Corine Godefroy ne s’explique pas par ces problèmes de personnel ou de matériel, affirme-t-elle. “En supposant que cela explique la mort de Lucas, il y aura d’autres décès”, menace la matriarche de la famille.

Lucas Mort Urgences

“Des individus se sont approchés de Lucas”, tel est le texte qui a circulé dans les établissements hospitaliers. Selon sa mère, il était entouré d’un surveillant médical, d’un pharmacien et d’un interne. “Toute personne médicale est disponible pour les urgences.” Dans le couloir, il a attiré l’attention de chacun de ces gens. “Je crois qu’il y a des responsabilités individuelles dans la mort de Lucas”, ajoute Corine Godefroy, profondément convaincue.

Les “négligences” sont dénoncées et une plainte est déposée par la famille de Lucas, 25 ans, décédé des suites d’une septicémie aux urgences de Hyères. A seize heures, le jeune homme arrive aux urgences ; néanmoins, il n’a pas survécu à son épreuve et est décédé dix heures plus tard.

Après plusieurs heures d’attente aux urgences de Hyères, le jeune homme s’est tragiquement égaré. (Philippe de Poulpiquet a réalisé le tableau) [LP]. Un de plus. Il a succombé à une septicémie quelques heures après son arrivée aux urgences de l’hôpital de Hyères (Var). Mediapart et France Bleu rapportent que la famille du jeune homme a porté plainte pour assassinat contre feu Lucas, X, 25 ans, et contre l’hôpital où le jeune homme avait été soigné ce jour-là.

Le 30 septembre, Lucas, originaire du Beausset et né à cette date, souffre de nausées, de vomissements et de diarrhée. Le Samu souhaiterait que le jeune homme soit hospitalisé en cas d’urgence. Samedi, à environ seize minutes de l’heure, le voilà. En temps réel, il informe sa mère, qui n’est pas autorisée à lui rendre visite dans la salle d’attente du service, de son état de santé, qui comprend des douleurs à la poitrine, des douleurs aux pieds, des lèvres bleues, des difficultés respiratoires et un rythme cardiaque rapide.

L’anxiété de sa mère augmente à cause de ses textes. De nombreuses souffrances le tourmentent. Il est déprimé. Il continue de dire : « Personne ne prend soin de moi », malgré son incapacité à respirer. Ce qui veut dire qu’il est complètement dépourvu de direction. C’est exagéré. Mardi, elle a révélé à France Bleu que les SMS deviennent de plus en plus intenses et ne montrent aucun signe de ralentissement. Le jeune homme est finalement soigné par un médecin après une prise de sang. Plus précisément, ses récentes habitudes alimentaires sont sondées. L’urgence médicale ne semble pas avoir été prise en compte.

Le fait qu’il ait des dreadlocks attire déjà l’attention sur lui, et maintenant d’autres lui posent directement des questions sur sa consommation de drogue : “Quelle est cette question en fait ? c’est-à-dire : si vous aviez eu l’intention d’utiliser cet exemple, me l’auriez-vous demandé ?

Selon l’explication détaillée de sa mère par SMS, la maladie virale de Lucas a commencé à 21 heures. “Le personnel médical passe devant lui sans sourciller”, a remarqué le voisin et patient d’un jeune homme. Ce témoin prendra contact avec la famille après-demain. Lucas ne recevra d’antibiotiques que 23 heures plus tard, et ceux-ci ne fonctionneront pas non plus.

Après avoir subi plusieurs arrêts cardiaques, le jeune homme tombe dans le coma. Alors que sa mère l’attend sur le parking de l’hôpital, il décède à 2 heures du matin. Puisque la moitié des informations ont été oubliées et que le rapport des pompiers a été mal traduit, il est évident que plusieurs erreurs ont été commises dans cet article. Après cela, il n’attire plus l’attention de personne.

Un grand nombre d’individus périront.

Son droit de consulter un médecin est limité à quatre heures maximum à compter de son arrivée. Ce dernier, précise Me Thomas Callen, se renseignera pour savoir s’il a fumé ou non à cause de ses dreadlocks avant de procéder à une auscultation peu de temps après. Deux heures seulement avant son décès, un médecin notait dans son dossier médical : « La situation à l’hôpital est telle que les gens risquent de mourir et que nous ne pouvons pas les soigner. »

Un dossier anonyme comprenant le dossier médical et d’intervention de Lucas sera déposé prochainement dans sa boîte aux lettres. Comme pour laisser un indice à découvrir en famille. Les cinq proches du jeune homme ont décidé d’attaquer X et l’hôpital d’Hyères en justice sur la base de ces éléments, de la description par le témoin de la maladie de Lucas et des premiers éléments médicaux.

Lucas Mannina est décédé aux urgences de l’hôpital de Hyères aux petites heures du matin du 1er octobre 2023. Même si l’homme de 25 ans a été admis dans l’après-midi, il n’a pas été raisonnablement placé en garde à vue. Les membres de sa famille ont porté plainte pour “homicide involontaire” le 12 décembre.
Afin de diviser

C’est quelques heures après l’apparition des premiers symptômes qu’il a repris conscience. Lucas Mannina, patient de 25 ans à l’hôpital de Hyères dans le Var, est tombé subitement dans la chambre mortuaire dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre après des heures de souffrance.

Mediapart a été cité pour la première fois par la mère de Lucas, Corinne Godefroy, qui a confirmé à TF1info trois mois après avoir porté plainte auprès de plusieurs proches pour “homicide involontaire” le 12 décembre, estimant que son fils n’avait pas reçu ce jour-là les soins médicaux nécessaires. de l’incident. Suite à la perte de son deuxième enfant, cette mère en deuil révèle enfin : “Je veux savoir pourquoi mon fils est mort”, après avoir collecté un certain temps et des pièces.

Lucas Mort Urgences
Lucas Mort Urgences
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!