Prisca Thevenot Indienne

Répandez l'amour du partage
Prisca Thevenot Indienne
Prisca Thevenot Indienne

Prisca Thevenot Indienne – À Stains, elle se présente aux élections en Seine-Saint-Denis. Elle imaginait ici « un monde merveilleux » lorsqu’elle était enfant, avec des membres de la famille discutant sur les balcons et des enfants courant partout pour jouer.

Les maisons que sa mère a toujours considérées comme son foyer sont tombées en ruine au cours des dernières décennies. Comme Prisca le faisait quand elle était enfant, elle ne laisse pas son fils jouer seul. Elle ne s’intéressait absolument pas à la politique avant de rejoindre En marche.

Mère de deux enfants, Prisca travaille également comme consultante. Ses parents diplômés sont originaires de Maurice. “J’ai 93 ans, et je suis une fille immigrée qui a fait toutes ses études en ZEP…” “Je vis que ces stéréotypes, ça m’a fait enlever une partie de.

Cela l’a incité à agir. Il prévoit de compter Prisca Thévenot dans son équipe de porte-parole d’ici fin 2020. Son investiture officielle en tant que secrétaire d’État chargée de la jeunesse et du service universel aura lieu en juillet 2023. À 38 ans, elle devient porte-parole officielle du gouvernement Attal, poursuivant ainsi sa longue histoire de service public. Avant cela, elle a été secrétaire d’État à la jeunesse et au service universel.

Sa tutelle était Gabriel Attal, le ministre de l’Éducation nationale. Durant son mandat de secrétaire d’État, elle a supervisé les bureaux de la jeunesse et du service universel. Il lui confie la tâche dangereuse de représenter le gouvernement, elle a donc dû aimer travailler avec lui.

Grâce à sa riche expérience dans le domaine, le « PM » est devenu un membre précieux de l’équipe. Il y a un an, interrogée sur son admission dans le gouvernement Borne, Prisca Thévenot déclarait à l’Obs : “C’est juste incroyable, un sacré honneur et une reconnaissance de mon travail”.

Utilisez des outils de pointe à votre avantage Vous pouvez acquérir une Audi pour seulement 42 900 €* après déduction de l’éco-bonus. La promesse du président en janvier de lever des fonds pour son initiative de service universel surveillée avait-elle vraiment été son objectif depuis le début ? Elle en a cafouillé il y a quelques mois.

Le 4 août, elle avait déclaré sur Franceinfo que “forcer un jeune à aller se présenter au Service national universel” est la pire des choses à faire. Tout ce qu’elle avait déjà nié dans une vidéo pour laquelle Brut avait acquis une immense popularité, notamment, Prisca Thévenot, née à Maurice, sera prochainement désignée porte-parole officielle du gouvernement.

Si Borne a raison, le porte-parole du gouvernement dans le remaniement ministériel attendu suite à la campagne de Gabriel Attal au poste de premier ministre devrait être le secrétaire d’Etat chargé de la jeunesse. Elle a effectué une visite officielle à la Réunion en août ; elle est née à Maurice mais a passé son enfance en France.

Pour commencer, est-ce que je pourrais me présenter ?

Présente aujourd’hui, Prisca Thevenot, mère de deux enfants et mariée depuis 36 ans. Depuis quatre ans, je suis engagé politiquement auprès de La République en marche. Mon poste précédent était celui de consultant en télécoms. J’ai le plaisir de représenter aujourd’hui La République en marche.

Dans quel enjeu politique êtes-vous impliqué ?

L’idée de devenir politiquement actif ne m’avait jamais effleuré l’esprit, encore moins la question : « Est-ce que je veux m’impliquer en politique ? Suite à mon premier accouchement, j’avais une forte envie d’avoir un impact en dehors du cadre de ma vie professionnelle. Après mûre réflexion, j’ai décidé de m’engager suite à la naissance de mon deuxième enfant.

Initialement, cette interaction y était associée. Plus tard, je me suis engagé politiquement à cause de la campagne d’Emmanuel Macron ; plus précisément, j’ai gardé un œil attentif sur le développement de sa plateforme et la planification des réunions.

Où va votre attention, pour quoi vous battez-vous et sur quelles causes essayez-vous d’attirer l’attention ?

Je suis passionné par les questions d’égalité des chances et de lutte contre les préjugés, mais je suis également fasciné par tous les aspects de la vie d’une personne, de la conception à la mort. Ces problèmes peuvent survenir à tout moment et sous n’importe quelle forme, il est donc important de les porter à l’attention de tous.

Vous avez jeté les bases d’un futur engagement politique et civique en co-fondant Civil Impact. Selon vous, comment les jeunes d’aujourd’hui, en particulier, devraient-ils s’impliquer en politique ? Il existe des options pour faire du bénévolat gratuitement avec Civil Impact.

Son objectif est de permettre aux citoyens de s’exprimer dans les débats politiques et publics. J’ai appris qu’il existait des codes à utiliser pour déterminer si quelqu’un recherchait une influence politique, la transmission des messages est donc tout aussi cruciale à mon niveau.

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de les maintenir en vie, mais savoir qu’ils existent est vital pour les générations à venir. Avec l’aide de cette école, nous pouvons sensibiliser la prochaine génération à nos institutions et, plus particulièrement, aux médias sociaux.

S’il est vrai que les discussions sur l’abstention ont tendance à se concentrer sur les jeunes en politique, l’importance de parler de la jeunesse elle-même est passée au second plan. D’un autre côté, on a peu parlé des espoirs et des rêves des jeunes de s’impliquer dans la société et d’avoir un impact.

Non, il ne s’agit pas d’abandonner, d’être démotivé ou d’être un horrible citoyen ; il s’agit simplement de ne rien faire. Lorsqu’il s’agit de questions politiques majeures comme la crise climatique, le travail, l’accès à l’emploi et la vie étudiante, les jeunes sont en réalité des radicaux. Tout le monde est fasciné par elle, surtout lorsqu’il s’agit de sujets controversés.

Prisca Thevenot Indienne

Chantez ce dernier haut et fort. L’émergence d’une nouvelle génération de patriotes prêts à défendre leur pays est en effet une bénédiction. Expliquez pourquoi vous avez décidé de devenir membre de République en marche. J’avais envie de créer un groupe de travail local pour la campagne d’Emmanuel Macron car il en avait besoin.

Avant de me plonger dans ces milieux, j’ai lu son livre Révolution. Après l’avoir lu jusqu’au bout, j’ai réalisé combien de temps il consacrait à parler de croissance et d’égalité des chances. D’autres hommes politiques ont peut-être partagé son point de vue sur la société, mais il a refusé d’édulcorer ou d’ignorer certaines préoccupations, démontrant ainsi son point de vue unique.

Une compétence indispensable est la capacité d’effectuer plusieurs tâches à la fois. Pour l’époque, ce discours était révolutionnaire. J’ai fait partie de ce mouvement parce que j’aime lire, rencontrer de nouvelles personnes, sortir et vivre pleinement la vie.

En tant que porte-parole, qu’est-ce que cela implique spécifiquement pour vous ?

Seulement, il me manque un mandat parmi nous huit, qui comprend un responsable local et des représentants aux niveaux national et européen. Il est de votre responsabilité en tant que porte-parole de défendre la politique du gouvernement et le projet de la majorité.

Nous sommes les représentants des militants puisque notre organisation est composée de référents départementaux et nous sommes les organisateurs locaux du mouvement. Être porte-parole a son côté le plus sombre, qui consiste à s’adresser à la presse pour attirer l’attention sur ce que fait le gouvernement.

Les comités locaux nous ont demandé de développer les initiatives gouvernementales. Vous avez la possibilité de partager vos réflexions, de poser des questions ou d’exprimer tout problème que vous pourriez rencontrer. Cela nous aide à comprendre les processus de prise de décision et de perception, et cela nous donne une perspective assez claire et large.

En tant que délégué national, j’œuvre également pour promouvoir l’égalité des chances et lutter contre les discriminations, deux de mes autres convictions fondamentales. À la lumière des conclusions de l’audit, j’ai collaboré avec les ministres concernés pour connaître la position du parti sur le projet de loi qui sauvegarderait les principes de la république.

Est-ce une force ou une faiblesse d’être une femme en politique ?

La vérité est que j’aimerais que ce soit les deux plutôt qu’un seul. Le simple fait d’être une femme, une mère et une enfant des années 90 fait de moi un peu un tremplin dans le monde du marketing. Les angoisses s’installeraient. Ma personnalité est cruciale dans ma vie, je ne reviendrai donc pas sur ces modes de pensée.

Je n’ai jamais été dans un état aussi terrifié ou tremblant, donc cela ne m’est jamais arrivé. Mais il est révélateur que dans certains endroits, comme sur certaines plateaux télé très masculins, les hommes prédominent lorsqu’il s’agit de parler politique. Dans certains débats, personne ne me donnera l’occasion de parler tant que je n’aurai pas fait un effort.

Après cela, je verrai si je veux dépenser mon argent ou me creuser une tombe. Dites-nous une chose que vous diriez aux jeunes pour les aider à s’impliquer. Ma recommandation est de s’engager, mais d’être extrêmement prudent. Surtout lorsqu’il s’agit de travail non rémunéré ou de sujets délicats comme les émotions, s’engager n’est pas simple.

Participez, mais ne le faites pas de manière isolée ; il y a probablement des gens autour de vous qui ressentent la même chose. Il n’y a pas non plus de honte à faire des recherches sur le type de groupes qui existent actuellement. Si vous sentez venir une frappe puissante, n’ayez pas peur de lui tenir la main.

C’est la première fois qu’elle brigue un poste au Parlement français. Les parents de Prisca Thevenot vivent en France depuis environ 40 ans ; ils sont originaires de Maurice. Prisca Thévenot, une républicaine de 32 ans, a soutenu Emmanuel Macron à la présidence l’année dernière en rejoignant le groupe En Marche ! campagne.

Elle représentera au Parlement la 4e circonscription de Seine-Saint-Denis, qui comprend Stains, Le Blanc Mesnil, La Courneuve et Dugny, après avoir été élue jeudi 11 mai. Marie-Georges Buffet a été la représentante de la Seine. -Saint-Denis depuis 1997, et le trentenaire compte bien la renverser.

Nous ne défendrons pas les mêmes personnes qui dirigent nos quartiers pendant des décennies encore. Prisca Thevenot, mère de deux garçons, a exprimé la voix des opprimés en affirmant que ceux qui occupent des postes d’autorité ne comprennent pas pleinement les difficultés, les peurs et les aspirations de leurs sujets.

L’entrepreneur se dit “très attachée” à son ascendance et est née à Strasbourg. En fait, je me marie à l’île Maurice. “Et je voyage aussi avec chacun de mes enfants pour leur faire découvrir, dès qu’ils sont tout petits, le pays de naissance de leurs grands-parents maternels”, confie le trentenaire.

Les parents de Prisca Thevenot ont décidé de s’installer en France à la fin des années 1970 pour que leur fille puisse terminer ses études. Dans quelques années, ils échangeraient leurs vœux de mariage. Mon voyage dans ce monde a commencé à Strasbourg. Quelques années plus tard, ils décident de s’installer en région parisienne en raison du meilleur bassin d’emploi.

Prisca Thevenot Indienne
Prisca Thevenot Indienne
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!